L'orchestre - les musiciens

Baptiste Trotignon

Baptiste Trotignon
 
Baptiste Trotignon (né en 1974) commence le piano à huit ans. En 1994, il est à la fois pianiste et comédien dans le film d’Alain Corneau Le Nouveau Monde et décide de s’installer à Paris.
Il monte en 1998 son trio avec Clovis Nicolas (contrebasse) et Tony Rabeson (batterie) et signe avec le label Naïve. Ses deux premiers albums Fluide et Sightseeing le révèlent, à vingt-six ans,
comme l’un des plus spectaculaires, complets et séduisants pianistes de la nouvelle génération.
Il est récompensé des Django d’Or, prix Django Reinhardt de l’Académie de jazz, révélation française aux Victoires du jazz 2003, et Grand Prix du concours Martial Solal. Suivent deux albums en piano solo, tous deux salués par la presse et le public (Solo et Solo II).
Baptiste commence alors à être présent sur la plupart des grandes scènes françaises et internationales. À partir de 2005, il entame une période de collaboration musicale avec le saxophoniste
David El-Malek qui donnera naissance à deux albums en quartet, ainsi qu’avec Aldo Romano.
Il multiplie les rencontres éclectiques tout en continuant à développer une musique résolument ouverte et bouillonnante : concerts en duo avec des improvisateurs de haut vol comme Tom Harrell, Brad Mehldau ou encore avec les pianistes classiques Nicholas Angelich et Alexandre Tharaud; direction artistique de soirées-hommages à Edith Piaf et Claude Nougaro à Montreux; musique de film pour le Sartre de Claude Goretta…

Début 2009 sort le premier album « américain » de Baptiste, Share, enregistré à New York. Il y retrouve Eric Harland et y réunit Tom Harrell (légende vivante et inimitable de l’histoire du jazz) et Mark Turner. L’album est un succès et sera suivi d’un live survolté enregistré à Londres (Suite… - 2010). Il en écrit une version avec orchestre à cordes et vents créée au Festival Jazz in Marciac. La Sacem lui décerne en novembre son Grand Prix du Jazz 2011.
En 2012, outre plus de quatre-vingt concerts en France et Europe ainsi qu’en Asie, Baptiste sort un album audacieux intitulé Song Song Song où il évoque son amour de la voix et invite une belle poignée d’artistes à se joindre à lui, dont Miossec et Melody Gardot. À la même période est créé son Concerto pour piano Different Spaces par Nicholas Angelich, commande de l’Orchestre National de Bordeaux Aquitaine, première pièce orchestrale d’envergure totalement écrite et sans improvisation, pour laquelle Baptiste est nommé aux Victoires de la musique classique 2014 (compositeur de l’année).
Il développe cette nouvelle facette de son travail également dans le domaine de la musique de chambre : Quatuor à cordes «Empreintes», Sonate pour flûte et piano
Il est lauréat du Grand Prix lycéen des compositeurs 2017.

Photo © DR
 

Tous les musiciens

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager sur GooglePlus Partager avec Add-This