< Saison 18.19 à Paris

Minuit à Vienne

Danses de strauss pour un noël enchanteur !

 
Johann Strauss Perpetuum mobile (Mouvement perpétuel)


Frühlingsstimmen, valse op. 410 (Voix du printemps)Leichtes Blut, polka op. 319 (Léger comme une plume)


Künstlerleben, valse op. 316 (Vie d’artiste)Unter Donner und Blitz, polka op. 324 (Sous le tonnerre et les éclairs)


Bauern-Polka, polka française op. 276 (Polka des paysans)Tik-Tak, polka op. 365Im Krapfenwaldl, polka française op. 336 (Dans le bois de Krapfen)Rosen aus dem Süden, valse op. 388 (Roses du sud) 
Josef Strauss Ohne Sorgen, polka op. 271 (Sans souci)Sphärenklänge-Walzer, valse op. 235 (Harmonie des sphères) 
Franz Von Suppé Cavalerie légère, Ouverture

Direction Enrique Mazzola

Où et quand voir

Minuit à Vienne

Tous les ans, depuis 1939, le concert du Nouvel An est un événement dans la capitale autrichienne lorsque les musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Vienne (les Wiener Philharmoniker) interprètent dans la salle du Musikverein (inaugurée en 1870), avec le brio qu’on leur connaît, les valses, polkas, marches et autres quadrilles des Strauss père et fils. Aujourd’hui capté et retransmis dans le monde entier, ce concert exceptionnel est suivi par une audience estimée à 50 millions de personnes à travers le monde ! Il s’agit là d’un moment collectif de partage unique, grâce à la musique.
C’est à une semblable fête que vous invite Enrique Mazzola, lui qui adore partager avec son public. Pour cela, il a concocté un programme magique et électrique en choisissant des œuvres pétillantes et aériennes. Un répertoire réputé pour sa légèreté, mais pourtant redoutablement difficile à exécuter, tant l’écriture est ciselée et virtuose. Et c’est bien là, la magie de ce concert : par leur virtuosité, les musiciens arrivent collectivement à faire oublier les difficultés et réussissent à atteindre cette évidence et cette assurance qu’il faut pour ce répertoire de danse.
Dans ce registre, le talent des compositeurs viennois de la dynastie des Strauss reste inimitable ; tout au long du XIXe siècle, ils ont su créer un style terriblement entraînant en même temps que toujours élégant pour que la bonne société de l’époque Biedermeier puisse s’amuser et s’enivrer de tournoiements, à l’occasion de bals toujours plus fastueux.
 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager sur GooglePlus Partager avec Add-This