< Saison 18.19 à Paris

Du spirituel dans l'art

Du spirituel dans l'art

Musique de chambre

 
György Ligeti Quatuor n°1 «Métamorphoses nocturnes» 
Arnold Schœnberg La Nuit transfigurée

Musiciens Solistes de l'OrchestreProposition scénique Édouard Signolet

Où et quand voir

Du spirituel dans l'art

Quand la musique de chambre plonge dans l’intimité de l’âme, elle n’a plus de limites. C’est cette expérience de l’écoute intérieure que racontent les deux œuvres de ce programme : et la musique intérieure ouvre alors vers un au-delà. Le jeune György Ligeti écrit son premier quatuor à cordes en 1953, en Hongrie soviétique ; on y entend la force rebelle de la musique de Bartók, comme un manifeste pour la liberté et l’indépendance de l’artiste. Trois années plus tard, il prendra la décision de fuir son pays au péril de sa vie, et de s’exiler en Europe occidentale. Dans cette partition, les cordes déploient un jeu fantasque qui sonne comme un défi à la censure. Dans La Nuit transfigurée, Arnold Schönberg se sert de l’obscurité pour raconter ce dont le jour ne voulait pas. Il a conçu son sextuor à cordes comme une vaste histoire sans paroles, mais qui raconte métaphoriquement les échanges entre un homme et une femme. Cette dernière annonce à son partenaire qu’elle attend un enfant, mais pas de lui… s’ensuit une longue dispute qui dure toute la nuit, avant que l’aube ne leur apporte la paix, l’homme acceptant finalement l’enfant. Une victoire de l’amour et l’esprit sur les pulsions…
 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager sur GooglePlus Partager avec Add-This