< Saison 18.19 en Île-de-France

Rouge

Rouge

Toute la force et l’intensité des plus belles pages de Khatchaturian et Moussorgski

 
Christopher Rouse Prospero’s Rooms

Ouverture

 
Aram Khatchaturian Concerto pour violon en ré majeur


 
Modest Moussorgski / Maurice Ravel Tableaux d’une exposition


Direction Case ScaglioneViolon Nathan Meltzer

Où et quand voir

Rouge

Le mordant et la virtuosité déployées dans le Concerto d’Aram Khatchatourian sont indépassables. Cette partition, plus que toute autre, traduit l’âme arménienne dans toute sa force. Créée en 1940 par David Oïstrakh, cette œuvre est devenue célèbre grâce à ses premières pages où le violoniste sollicite sans ménagement et très rythmiquement la corde grave de son instrument : les passages lyriques n’en ont que plus de relief, les mélodies s’envolent, sans limite, comme un chant éternel célébrant la mémoire d’un peuple qui a tant souffert dans son histoire.
Modeste Moussorgski réalise également un travail de mémoire lorsqu’il compose pour le piano les Tableaux d’une exposition (1874) : il s’inspire d’une rétrospective réalisée à partir des tableaux de son ami architecte Viktor Hartmann qui venait de décéder. En 1922, Maurice Ravel prolonge les intentions du compositeur russe en réalisant une orchestration si incroyable que c’est dans cette version que ce chef-d’œuvre est aujourd’hui le plus connu.
Pour débuter ce concert, l’ouverture composée en 2011 par l’américain Christopher Rouse (né en 1949) pour l’Orchestre Philharmonique de New York évoque le souvenir du Masque de la mort rouge, la nouvelle fantastique d’Edgar Allan Poe. Le prince Prospero, voulant échapper à une tragique épidémie décimant l’ensemble de la population, s’enferme dans son château avec ses mille courtisans pour lesquels il organise un bal masqué cynique. Un mystérieux personnage s’invite, caché derrière un masque rouge…
 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager sur GooglePlus Partager avec Add-This