< Saison o9.10

Pleins jeux

Concert pour la sortie du CD «Saint-Saëns»

 
Camille Saint-Saëns Danse macabre op. 40 
Maurice Ravel Concerto pour piano et orchestre en sol majeur 
Camille Saint-Saëns Marche héroïqueSymphonie n° 3 en ut mineur, dite "avec orgue" op. 78

Où et quand voir

Pleins jeux

Saint-Saëns, Ravel : le génie français
 
Au moment où Wagner s’impose comme un modèle à toute l’Europe, la France prend le parti de cultiver la légèreté et le divertissement. Camille Saint-Saëns –l’auteur du célèbre et désopilant Carnaval des Animaux – surprend encore aujourd’hui par son aisance, sa fluidité et son esprit canaille. La Danse macabre décrit pourtant une ronde infernale ! Mais la Mort et ses sbires deviennent presque drôles, avec le bruit de leurs os qui s’entrechoquent, suggérés par un xylophone glissé dans l’orchestre. Même le Dies Irae, censé terroriser les pauvres humains, prend des allures grotesques, presque sautillantes. Saint-Saëns utilise encore ce Dies Irae dans sa troisième symphonie ; et là aussi le second degré pointe son nez : le compositeur s’empare des attributs de l’église (mélodies suspendues, esprit contemplatif, solennité, orgue…) pour leur donner des habits symphoniques et les placer dans une salle de concert…
 
Dans les années 1920, Maurice Ravel a aussi emprunté au jazz ou aux musiques de fête pour alléger le rituel du concert classique. Son Concerto sonne comme un véritable feu d’artifice avec, au centre, une cantilène sublime, sobre et émouvante, qui rendra le concerto immédiatement célèbre à travers le monde. La french touch était née.
 

Pleins jeux
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager sur GooglePlus Partager avec Add-This