L'Orchestre

Île de créations

Île de créations, concours de composition

BRAVO à Matthieu Lemennicier qui a remporté le prix Île de créations 2017 pour son œuvre De la ligne à la peau !
 
BRAVO également à Jules Matton qui a remporté le prix du public pour Siddharta, Suite en cinq tableaux d'après le roman de Hermann Hesse.

 

Nos félicitations à Cyril Molesti.
 
ÎdC 2017 lauréats
 

ÉDITION 2017
27 compositeurs (4 femmes et 23 hommes), de neuf nationalités différentes, ont envoyé leur candidature et composé deux mouvements de deux minutes sur le thème « L’Histoire du Migrant ».
Les candidats ont en moyenne 27 ans. Le plus jeune a 20 ans et le plus âgé 32 ans.
 
Les trois œuvres sélectionnées pour cette édition 2017 sont :
- De la ligne à la peau, pour orchestre - Matthieu Lemennicier
- Siddharta, Suite en cinq tableaux d'après le roman de Hermann Hesse - Jules Matton
- Rêver d'un autre monde - Cyril Molesti
 

 
PRÉSENTATION DES COMPOSITEURS
 
Matthieu Lemennicier
Matthieu ÎdC Matthieu Lemennicier commence la musique par l'apprentissage de la guitare, passant notamment par le conservatoire de Chambéry puis le Conservatoire national supérieur de musique de Paris. Attiré par la composition, il continue ses études dans la classe de composition pour l'image du CNSM de Lyon, avant de se former à la pédagogie dans le même établissement.
En 2011, il remporte le prix SACEM du concours international de musique de film d'animation d'Annecy. Depuis, il compose principalement pour le concert, avec dernièrement une pièce pour chœur (Layons), un duo violon/violoncelle (Fluctus), une pièce pour violoncelle seul (Puis l'éclat de la lame…), une pièce pour neuf musiciens (Cérémonie au Grand Sbam)...
En 2016, il a eu le grand plaisir de recevoir le prix du public lors de la précédente édition du concours « Île de créations » de l'Orchestre national d'Île-de-France.
Il se produit également en concert, notamment au sein du duo Albaicín (avec la violoncelliste Lise Péchenart) et de l'ensemble du Grand Sbam (ensemble destiné à la création).
Titulaire du certificat d'aptitude, il enseigne actuellement la guitare au conservatoire de Privas.
 
Note d'intention
« De la ligne à la peau
et de la peau à l'os,
L'épaisseur d'un trait
entre pied
et poussière :
Carte faisant le monde faisant la carte.»
 
« Quelques vers comme point de départ, quelques vers pour passer des représentations du monde aux sensations d'un corps immergé dans ce monde, quelques vers pour dire ce que vit ce corps, carte dans les mains et mains au vent du désert, au froid des nuits humides ; carte dans les têtes, écartant ces mains qui s'écorchent aux frontières de papier grillagé.
Si la musique ne dit rien, elle peut, parfois, tracer en nous la sensation d'un geste : ballets d'étourneaux ou balancements pédestres, l'air mouvant fait alors danser notre corps immobile, et nous traversent ainsi des pulsations lointaines. »
 

Jules Matton
Jules Matton Idc 17 Diplômé de la Juilliard School of Music and Dance en 2013, Jules Matton est un compositeur de 28 ans décrit par John Corigliano, dont il fut l’élève, comme « doué d’un talent remarquable, à la technique impeccable ». Licencié de philosophie, il est également lauréat de la Fondation Marcel Bleustein-Blanchet, de la Bourse d’Excellence de l’Institut Catholique de Paris, ainsi que, en 2015, de la Fondation d’entreprise Banque Populaire. Soutenu par des compositeurs tels que Thierry Escaich, Philippe Hersant, Richard Dubugnon ou Nicolas Bacri, il se produit dans des salles telles, à New York, Carnegie Hall ou le DiMenna Center for Classical Music, en France la Salle Cortot, le Corum de Montpellier, à Londres le Duke’s Hall de la Royal Academy of Music. Il est joué par de nombreux musiciens et ensembles tels Victor Julien-Laferrière, Bruno Philippe, Léa Hennino, l’Ensemble Nouvelles Portées, The Juilliard Orchestra, l’Ensemble Calliopée, Yan Levionnois, Jodie Devos, Jerôme Pernoo, et d’autres. Il est depuis septembre 2014 compositeur en résidence du new yorkais Æon Music Ensemble, ainsi que du Festival Classic à Guéthary 2016. Il se produit dans des festivals tels les Vacances de Monsieur Haydn, le Festival Européens Jeunes Talents ou encore le Centre de Musique de Chambre de Paris. Actuellement, Jules Matton travaille sur un quatuor à cordes, ainsi que sur son premier opéra, commandes du Quatuor Debussy et du Théâtre Impérial de Compiègne.
 
Note d'intention
« Cette pièce ne prétend pas être une transcription exhaustive du roman de Hermann Hesse. Elle se découpe en cinq tableaux jalonnant cinq moments ou périodes de la vie de Siddharta, du départ du domicile paternel à la contemplation du fleuve devant lequel, au soir de sa vie, il accède enfin à la sagesse.
 
La pièce se découpe ainsi :
1er tableau – Le départ
2e tableau – La vie dans la forêt
3e tableau – La rencontre d’un saint
4e tableau – La chute dans le monde
5e tableau – Le chant du fleuve »
 

Cyril Molesti
Cyril ÎdcCyril Molesti est clarinettiste classique et percussionniste de formation. Après l’obtention d’un bac scientifique, il passe quelques années dans les facultés de sciences et de philosophie à Nice. Une première rencontre déterminante pour son « devenir compositeur », celle de Marybel Dessagnes. Compositrice, pianiste et professeur au CRD de Cannes, elle lui enseigne jusqu’en 2011 l’analyse, l’harmonie et le contrepoint dans le cadre d’un Dem de culture et formation musicale. Il obtient dès lors, en plus de ses premières clés en écriture, une pleine conscience des possibilités infinies du monde sonore et la conviction de vouloir être compositeur.
Cannes, ville du cinéma, lui a souvent donné l’opportunité d’écrire sa musique sur un support visuel. Encouragé pour entrer dans un établissement supérieur, il postule donc naturellement pour la classe de musique à l’image au Cnsmd de Lyon qu’il intègre en 2012. Il remporte en 2014 le Sabam Award pour le « Meilleur Jeune Compositeur Européen » lors du World Soundtrack Academy, à l’occasion du Festival International du Film de Gand. Cependant, il se rend compte assez vite que cet univers ne lui permettra pas un plein épanouissement artistique et préfère développer son langage personnel en dehors de la norme « musique de film ».
Une deuxième rencontre lui a permis d’avancer : Luca Antignani. Compositeur, professeur d’orchestration au Cnsmd de Lyon et de musique contemporaine et d’orchestration à l’Hem de Lausanne, Luca a toujours porté sur sa musique un regard avisé et bienveillant pendant et après son passage au conservatoire. Il poursuit ensuite sa formation de compositeur auprès de grandes figures contemporaines telles que Lachenmann et Sciarrino - pour ne citer qu’eux - grâce à leurs partitions et écrits théoriques ; mais aussi et toujours auprès de grands fantômes immortels que sont les maîtres du passé.
D’autres formes d’art comme la littérature, l’architecture et la peinture - le goût pour cette dernière ayant été transmis par une mère artiste peintre - éveillent tout autant sa sensibilité et l’inspirent constamment. Animé de même par la danse, il a travaillé avec des danseurs et chorégraphes, notamment ceux de l’École Supérieure de Danse Rosella Hightower. Aujourd’hui, ses projets mêlent ou évoquent les différents arts qui ont construit sa personnalité.
 
Note d'intention
« Pour mon « histoire des migrants », deux sources m’ont vivement inspiré :
- L’exposition « Rêver d’un autre monde » au centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation à Lyon (CHRD), qui réunissait des œuvres d’artistes variés soucieux de représenter le migrant dans l’art contemporain, à travers des médias tels que la vidéo, la photographie, mais aussi des installations et des performances. À l’instar de Mussorgsky et de ses Tableaux d’une exposition, j’ai choisi cinq œuvres qui m’ont particulièrement touché. Elles se sont présentées à moi comme un matériau idoine pour imaginer un monde sonore.
- Le poète palestinien Mahmoud Darwich, dont les vers m’ont accompagné tout au long du chemin créatif. J’ai plongé dans sa poésie, comme un migrant dans la mer. Il a été une boussole et une longue vue. Grâce à lui j’ai pu entrevoir les sentiments douloureux de l’homme dépossédé, « piqué au cœur du côté de l’absence », orphelin d’une terre mère, moi qui n’ai jamais quitté la mienne… c’est coupable de n’avoir jamais été contraint de fuir que j’ai écrit ces quelques minutes de musique, légères comme de la cendre.»
 

 
Idc banniere
 
....
IdCvert Île de créations est un concours annuel de composition pour orchestre, créé par l’Orchestre national d'Île-de-France en 2013. Il a pour vocation de permettre aux jeunes compositeurs de confronter leur inspiration, leur savoir-faire à un orchestre symphonique et d’être joués en public et diffusés à la radio. Au public francilien, ce concours offre l’occasion de découvrir la pépinière de la création musicale formée en France.
 
Pour sa cinquième édition, Île de créations reste ouverte à l’Europe : peut postuler tout compositeur de moins de trente-trois ans, ayant été inscrit en cursus de composition ou d’orchestration en Europe entre 2012 et 2017.
 
Partenaires
Radio France, Musique nouvelle en liberté, l’Association européenne des conservatoires, les éditions Durand et la SACEM sont partenaires de l’Orchestre national d'Île-de-France dans la réalisation d’Île de créations.
Radio France enregistre l’œuvre lauréate, la diffuse dans ses programmes et contribue à la dotation du prix du lauréat.
Musique nouvelle en liberté dote le lauréat d’un prix de 2500 euros.
Les éditions Durand éditent la partition lauréate
La SACEM participe à l’organisation du concours et à la dotation du prix du lauréat.
L’Association européenne des conservatoires contribue à la diffusion de l’appel à candidatures.
 

Profil des candidats
Ce concours s’adresse aux compositeurs de moins de 33 ans au 1er janvier 2017, ayant été inscrits en cursus de composition et/ou d’orchestration en Europe entre 2012 et 2017.
 

Parrain
Fedele
Pour cette cinquième édition, le compositeur Ivan Fedele succède à Bruno Letort, Marc Clémeur, René Koering et Oscar Strasnoy dans le rôle du parrain.
 

 

 

Stefano Gervanosi
Cependant, en raison de son poste de directeur musical à la Biennale de Venise, Ivan Fedele ne pourra être présent à la finale du concours.
Le compositeur Stefano Gervasoni le remplacera au jury de la finale de cette édition 2017.
 
Photo Paride Galeone
 

 
« Le concours Île de créations est une opportunité très rare donnée aux jeunes compositeurs de se confronter avec l'écriture et la forme symphonique.
L'Orchestre national d'Île-de-France assure une qualité musicale extraordinaire ainsi qu'un suivi professionnel et amical à la fois, qui permettent la meilleure des réussites. »
Ivan Fedele, parrain de l'édition 2017
 
.............................
 

ÉDITION 2017

AGENDA
Mars 2016 ouverture des candidatures
1er tour - avant lundi 22 aout 2016 Écrire les deux premiers mouvements pour orchestre, (deux minutes chacun).
Résultats du 1er tour lundi 19 septembre 2016
Jeudi 2 février 2017 Finale publique avec l’Orchestre national d'Île-de-France
Février 2017 Édition de l’œuvre lauréate par les éditions Durand
Vendredi 5 mai 2017 - 20h30 Création à la Philharmonie de Paris et tournée en Île-de-France
Printemps 2017 Diffusion sur France musique
 
Inscriptions
Ulysses-network.eu
 
Règlement
Règlement concours 2017
en anglais
The Competition rules
 
Affiche à télécharger
 

Récompenses
> création et diffusion par l’Orchestre national d’Île-de-France en mars 2017 à Paris et en Île-de-France
> diffusion sur France musique
> édition chez Durand-Salabert-Eschig
> dotation de 3500 euros
 
Jury
Le jury sera présidé par le directeur musical de l’Orchestre Enrique Mazzola et par Ivan Fedele, parrain de l’édition 2017.
 
Coup de cœur du public
Des adultes abonnés de l’Orchestre national d'Île-de-France, des directeurs de salle d’Île-de-France, des journalistes, des élèves de collège et de lycée et divers invités assistent à la Finale afin d’élire le « Coup de cœur du public ». L’œuvre choisie par le public se verra aussi récompensée.

ÉDITIONS PRÉCÉDENTES

Île de créations 2016
Parrain Bruno Letort
Le prix du jury a été attribué à Alex Nante pour Pérégrinations vers l'Ouest.
Le coup de cœur du public a été attribué à Matthieu Lemennicier pour son œuvre Cinq émergences de l'En-Delà.
 
Alex Nante
La Pérégrination vers l’Ouest
I - Un voyage de mille lieues commence par un pas (Chapitre VIII)
II - Acheminement (Chapitre XIII)
III - La voix des Sutras. (Chapitre XXXVI)
IV - Épreuve (Chapitre XCIX)
V - Retour à l’origine (Chapitre C)
 
« Cette pièce est inspirée du roman homonyme fantastique chinois de Wu Cheng’en (1500-1582) qui retrace l’expédition du moine héros Xuanzang.
Ce moine est une sorte de héros « spirituel » qui doit voyager vers l’Inde pour rapporter des sutras, textes bouddhistes sacrés, afin de les traduire en chinois et renouveler la tradition bouddhiste dans son pays, oubliée et en décadence. Le texte est aussi influencé par le taoïsme et le confucianisme.
Les cinq mouvements de la pièce correspondent aux différents chapitres du livre.
Cette pièce, loin d’être purement descriptive, se nourrit du roman comme point de départ pour la création musicale. »
Alex Nante
 

À l'écoute sur France musique dans l'émission Alla breve du 14 au 20 mars 2016
 

Île de créations 2015
Parrain Marc Clémeur
Le prix du jury a été attribué à Camille Pépin pour Vajrayāna.
Le coup de cœur du public a également été attribué à Camille Pépin.
Son œuvre a été jouée jeudi 16 avril lors du concert Héroïque à la Philharmonie de Paris.
 
À l'écoute sur France musique
 
« En tant que jeune compositrice, il me semble essentiel – sinon capital – de pouvoir travailler
avec les interprètes, ce qui est plus difficile lorsque l’on écrit pour orchestre. Si la recherche
de sonorités orchestrales est indispensable, elle se réalise lors de cette expérience unique où
l’œuvre fantasmée dans notre imaginaire prend vie. C’est ce moment – à la fois bouleversant
et instructif – qui nous permet de développer notre univers sonore et de réfléchir à la façon
dont nous pouvons exploiter les ressources inouïes de l’orchestre.
Aussi, les opportunités de diffusion du concours sont incomparables. Si la finalité de la
composition est l’expression de notre monde intérieur, c’est que la musique touche tous les
publics. Il me semble important que la musique contemporaine ne concerne pas uniquement
les publics d’ores-et-déjà « conquis » des salles de concerts et conservatoires. Grâce à Île de
Créations, Vajrayana a été entendue par des collégiens et lycéens, le public et les visiteurs de
la Philharmonie de Paris, les auditeurs de France Musique - du pur mélomane au musicien le
plus averti. Au-delà du travail technique, l’échange avec le public est un trésor lui aussi
inestimable. Ce que je retiens de cette expérience, c’est cet enrichissement au contact de
l’autre. C’est absolument extraordinaire de travailler aux côtés de tous les métiers de la
musique et de participer à toutes les étapes de la création : les répétitions avec le chef et
l’orchestre, le travail de médiation culturelle avec les musicologues, le travail d’édition de la
partition, l’enregistrement et le montage avec les ingénieurs du son, et enfin la préparation
l’émission radio.
C’est le genre d’expérience qui révèle le sentiment que c’est ce que nous voulons accomplir et
vivre au quotidien.»
Camille PEPIN – Mai 2015
 

Île de créations 2014
Parrain René Koering
Œuvre lauréate : Cinq visions d'Adrien Trybucki
À l'écoute sur France musique
 
Le Rêve d’une vie d'Alexandre Lecluyse a remporté le prix du public.
 

Île de créations 2013
Parrain Oscar Strasnoy, compositeur
Œuvre lauréate : Intermède pour une mer jamais vue de la compositrice chypriote Christina Athinodorou
L'émission Alla breve à la réécoute

CONTACT

Jeanne Ribeau
Tél. 01 41 79 39 30
 
Orchestre national d'Île-de-France
Île de créations
19, rue des Écoles
94 140 Alfortville
……………........
NOS PARTENAIRES :
 
Copie privee durand mnl
sacem Radio France Universal
LOGO AEC
 

 

 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager sur GooglePlus Partager avec Add-This