Les actualités

[CD] Manuel de Falla

CD De Falla
Après un premier album dédié à l'Italie, patrie du bel canto, Enrique Mazzola et l'Orchestre national d'Île-de-France nous font traverser la Méditerranée à la découverte de l'Espagne et l'un de ses compositeurs emblématiques : Manuel de Falla.
Empreint du charme ensorcelant du flamenco, porté par la voix charismatique d'Esperanza Fernández incarnant la gitane Candela hantée par le fantôme de son amant, l'Amour Sorcier côtoie sur cet album un autre chef-d’œuvre, les suites extraites du ballet Le Tricorne.
 

« Je suis à un moment de ma vie de chef d'orchestre où j'ai envie de me consacrer au bel canto, un répertoire que j'apprécie particulièrement. À mon goût, le bel canto n'a pas reçu toute l'attention qu'il méritait - contrairement au vérisme par exemple -,
d'où mon souhait de le travailler avec mon orchestre - l'Orchestre national d'Île-de-France - et le faire découvrir au public.
L'enregistrement est un recueil d'ouvertures car c'est le vrai moment de rencontre entre l'opéra et l'orchestre symphonique ; il n'y a pas de voix. C'est un moment important de l'action, l'instant où le compositeur prépare le public au drame ou à la comédie qui va se dérouler sous ses yeux.
Mon choix s'est porté sur des ouvertures incontournables : Il barbiere di Siviglia de Rossini ; Don Pasquale de Donizetti, mais aussi sur des perles rares qu'il est bon de faire connaître : Margherita d'Anjou de Meyerbeer ; Emma d'Antiochia de Mercadante. Toutes les œuvres réunies dans ce florilège évoquent cet univers très particulier - plein d'imagination, de rêve - qu'est le monde du bel canto dans lequel je vous emmène, accompagné par l'Orchestre national d'Île-de-France. »
Enrique Mazzola
 
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Disponible sur NoMadMusic
 


 
À l'écoute sur Deezer
 

 

LES CRITIQUES
 
Le Monde, 9 mars 2017
« Un siècle après sa création, L’Amour sorcier nous apparaît enfin tel que son compositeur l’avait rêvé, dans la fusion du symphonique et du populaire. Musique de fer et de feu, qui claque et frémit idéalement dans l’interprétation de l’Orchestre national d’Ile-de-France (Ondif), le célèbre ballet de Manuel de Falla prend ainsi chair dans la voix d’une authentique « cantaora » (chanteuse de flamenco), Esperanza Fernandez, qui dote chaque incantation d’une fascinante crudité. Dirigé avec autant de passion que de goût par Enrique Mazzola, l’Ondif récidive dans la « transe en danse » avec Le Tricorne, autre ballet espagnolisant. La fièvre vocale (et gitane) en moins. »
Pierre Gervasoni
 

Télérama, 13 avril 2017
 
« Bercé depuis l'enfance par ces œuvres que dansait sa mère ballerine au Liceu de Barcelone, le chef d'orchestre Enrique Mazzola donne l'impression de s'y investir corps et âme. Dans L'Amour sorcier, il fait de l'Ondif l'instrument d'un rituel chamarré aux échos stravinskiens, où les cordes alimentent une implacable fournaise, tandis que les bois se chargent des enchantements. »
Sophie Bourdais
 
logos cd bel canto

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager sur GooglePlus Partager avec Add-This