Les actualités

Revue de presse 2015.16

..............................
Extrait de l'article d'Alfred Caron dans Opéra International. Octobre 2015
 
« Enrique Mazzola, à la tête des forces du Teatro Comunale de Bologne, se révèle un chef rossinien de tout premier plan. Sa direction pleine de vitalité, constitue le second élément majeur d’une soirée qui tient du miracle »
 
..............................
À propos de l'Orchestre. Article de Christian Merlin paru dans le Figaro le 15 février 2016
 
« …l’énergie vibrante du directeur musical Enrique Mazzola et l’engagement contagieux des musiciens se sont communiqué à une salle non seulement pleine mais enthousiaste et conquise ».
 
À lire en entier sur le site du Figaro
 

..............................
DISQUE : OUVERTURES D’OPÉRA

 
bel canto maore mioA propos du CD Bel canto mi amore paru chez NoMadMusic
 
« Un grand "oui" pour ce disque plein de vie, et qui vous mettra de bonne humeur. »
 
Tout l'article sur Louis le Classique
 

« Ainsi interprétées, il y a dans ces huit ouvertures une science de la couleur, un entrain et une jubilation mélodique qui en font huit moments de plaisir »
ForumOpéra / Christophe Rizoud – 22.02.2016
 
Tout l'article sur forumopera.com
 
..............................
CONCERT : CHOC DES TITANS A LA PHILHARMONIE DE PARIS

Concert mardi 9 février 2016
Direction Enrique Mazzola - Piano Cédric Tiberghien
BEETHOVEN / MAHLER
 
« La poésie coule à flot dans le 2ème Concerto pour piano de Beethoven avec Cédric Tiberghien qui fait des merveilles… C’est la Symphonie « Titan » de Mahler qui permet le mieux de mesurer les progrès d’un orchestre dont tous les pupitres mouillent le maillot pour triompher du monstre »
 
Classica / Jacques Doucelin – mars 2016
 

"Dès le début du concerto on est très vite frappé par notre redécouverte de Cédric Tiberghien, impeccable, très investi, à la fois mozartien et doté de la puissance de Beethoven. Sautillant, vif, alerte, on adhère. L’orchestre quant à lui est comme à son habitude parfait, vivant, vibrant, accompagnant et partie prenante. En un mot envoûtant.
 
[...]
Après l’entracte, la symphonie de Mahler est puissante avec un orchestre uni derrière Enrique Mazzola et il dégage une force orchestrale à l’effet réussi. Le chef, théâtral, donne même parfois à la symphonie des allures de musique de film. Avec le troisième mouvement, l’Orchestre national d’Île-de-France nous raconte une vraie histoire et joue avec les pupitres, les nuances, les changements. Bravo. Une conclusion de concert avec un quatrième mouvement en forme de concentré de vie, avec une grande énergie.
 
Pour résumer et pour se répéter : nous avons adoré. Un grand bravo aux musiciens !"
 

A lire en entier (et à relire) sur Louis le Classique
 
..............................
ENRIQUE MAZZOLA : AN ITALIAN ORCHESTRA CONDUCTOR FOR THE PARIS REGION !

 
ParisRegion« Even when not conducting his orchestra, Enrique Mazzola talks with his hands. Since 2012, this music director has been the principal conductor of the highly active Orchestre National d’Île-de-France (ONDIF). Having already conducted the most prestigious orchestras, he is about to tackle the Metropolitan Opera in New York. Succeed enjoys a conversation with a conductor destined for a great future. »
 
La conversation en entier, et en anglais, c'est par ici
 

 
..............................
C'EST COMME CA ET PAS AUTREMENT !

 
Emile en musique«Avec Émile en musique, le Brestois Vincent Cuvellier et son acolyte Ronan Badel signent un véritable bijou. Les aventures de ce p'tit bout bien vivant sont irrésistibles et musicales.
 
[...]
 
On peut aussi écouter le CD. Guillaume Marquet en est le récitant et c'est Marc-Olivier Dupin qui en a composé la musique et confié l'interprétation à l'Orchestre national d'Ile-de-France. Ce n'est pas la première fois que l'auteur brestois Vincent Cuvellier collabore avec lui. Et comme les premières expériences étaient concluantes, « on s'est revus, on a mangé des pâtes, on a fredonné des airs, on a parlé de ci et de là et on s'est dit qu'on allait continuer ».
 
Côté compositeur, on retrouve bien sûr le même sentiment de complicité et d'osmose. " Dès ma première rencontre avec Émile, j'ai ressenti comme un chatouillement, une envie d'écrire une musique qui corresponde à ce héros si sympathique, à la personnalité affirmée et tout le temps en mouvement, dans sa tête comme dans son corps. "
 
Le résultat est bluffant. La musique s'adapte parfaitement aux situations, à la manière d'un ciné-concert, mais avec paroles. L'identité des instruments et la justesse des rythmes choisis participent des ambiances vécues par notre petit héros. On oscille entre suspense et amusement. Vraiment une grande réussite. »
 
Ouest France
 
Le livre-disque d'Émile en musique est toujours disponible.
L'article en entier par ici
 

..............................
BRUCKNER À LA PHILHARMONIE

 
Concertonet
« Pour la Huitième Symphonie qu’il vient de diriger à la tête de l’Orchestre national d’Île-de-France, Yoel Levi (qui fut chef principal de cette formation de 2005 à 2012) a choisi la version Haas qui, pour le dire rapidement, tente de réconcilier la version originale de 1887, qui ne fut pas jouée, et celle de 1890, qui fut créée en 1892. Il la prend à bras-le-corps, ce qui est nécessaire si on ne veut pas se laisser submerger, et la dirige sans partition, ce qui témoigne d’une mémoire assez peu commune. Les cordes chatoient, les bois apportent parfois de la lumière (Bruckner ne leur demande pas beaucoup plus, même si la flûte se détache ici ou là), les cuivres sont à la fête, la mise en place est impeccable.»
 
Christian Wasselin, octobre 2015
 
Bruckner à la Philharmonie, c’était le 9 octobre 2015 dirigé par Yoel Levi.
Le compte-rendu, c'est par ici
 

 
..............................
UNE ÉBLOUISSANTE APOTHÉOSE

 
webtheatre« Mais plus encore qu’un bel Adagio au lyrisme limpide et rigoureusement construit, dont on n’a pas un instant éprouvé la longueur, c’est le Final qu’on garde en mémoire : l’orchestre fait corps avec l’œuvre et y donne le meilleur de lui-même, porté par une direction qui, progressivement, amène la musique vers l’éblouissante apothéose de la coda.»
 
Didier van Moere, octobre 2015
 
À propos du concert «Grandiose» donné le 9 octobre 2015 à la Philharmonie de Paris et dirigé par Yoel Levi.
Tout l'article sur Concertonet
 

..............................
MAZZOLA BEL ET BIEN LÀ

 
Terrasse - Mazzola « L’orchestre auquel Jacques Mercier avait donné une personnalité forte, puis Yoel Levi une aisance dans le grand répertoire, poursuit avec Enrique Mazzola sa mission de toujours : séduire, attirer à la musique le plus large public. Quelques initiatives audacieuses témoignent de la volonté du chef de comprendre le monde sonore actuel dans son ensemble : c’est le cas par exemple du travail mené avec le DJ Jeff Mills à la Salle Pleyel et au Théâtre de Rungis en décembre 2014. D’une manière plus générale, le soin avec lequel il choisit ses programmes, ses solistes et ses chefs invités sont la marque d’un directeur musical ayant à cœur de donner du rythme à sa saison. [...] »
 
Par J.-G. Lebrun, septembre 2015
 
Curieux de connaitre la suite ? Tout l'article sur le journal La Terrasse

 

 

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager sur GooglePlus Partager avec Add-This