Festival Île de découvertes

Festival Île de découvertes

Deuxième escale

  • Colla
    • Tempus nativitatis
  • Fedele
    • Concerto pour violoncelle et orchestre
  • Franceschini
    • Exercices de style pour chœur et orchestre
  • Berio
    • Rendering
  • Direction Enrique Mazzola
  • Violoncelle Emmanuelle Bertrand
  • Ensemble vocal de Saint-Quentin-en-Yvelines - dir. Valérie Josse
  • Chœur d'enfants du Conservatoire à rayonnement régional de Versailles

Deuxième escale
Concert symphonique précédé d'un « Lever de rideau »

Bien qu’ils sachent aussi se mêler dans le drame liturgique, le théâtre et le sacré furent souvent considérés comme des pôles opposés entre lesquels la musique se devait de choisir. Inspirée par quelques procédés médiévaux d’écriture, Tropario ambrosiano d’Alberto Colla s’intéresse à l’évolution de la liturgie ambrosienne, révélant comment la monodie fut parfois attirée par le drame ou le profane, tandis que le Concerto pour violoncelle et orchestre d’Ivan Fedele emprunte certains de ses effets au théâtre, notamment dans l’épilogue lorsque le soliste rencontre son double en la personne du premier violoncelle de l’orchestre. L’orchestre échappe toutefois à la tradition du dialogue et des questions/réponses pour devenir un espace de résonance, réagissant aux invitations de l’instrument principal. La musique italienne ne saurait alors écrire son autobiographie dans l’espace clos de sa péninsule. Les Exercices de style de Matteo Franceschini relisent le chef-d’œuvre français de Raymond Queneau, racontant quatre-vingt-dix-neuf fois la même histoire de quatre-vingt-dix-neuf façons différentes.

Les compositeurs nés au XXe siècle, malgré certains désirs de table rase dans l’Après-guerre, ne sauraient fermer les yeux sur le riche passé musical. Recourant à la citation comme à la transcription, Luciano Berio fait ainsi de la récupération une transfiguration plutôt qu’une modernisation, métamorphose troublante lorsque, abordant le populaire dans les Folk songs, le résultat semble tout aussi premier que les modèles. Le musicien en vient logiquement à s’intéresser à un lot d’esquisses de Schubert, authentifiées en 1978 et dont certaines annoncent une dixième symphonie. Désirant les restaurer et nullement les achever ou les reconstituer, Berio voulut «raviver les couleurs originales sans, toutefois, essayer de déguiser les outrages du temps, ce qui, inévitablement, laisse souvent certains endroits dénudés au milieu des œuvres d’art».


Entrée libre sur réservation au 01 30 96 99 00 ou accueil@tsqy.org

    Bienvenue sur notre nouveau site internet ! Des bugs peuvent encore survenir, n'hésitez pas à nous les faire remarquer.

    Nous souhaitons utiliser des cookies pour nos statistiques et lire les vidéos du site.

    En cochant ces cases, vous acceptez l'usage de cookies associé :

     Rouge - Direction Case Scaglione - Violon Nathan Meltzer 
     Rouge - Direction Case Scaglione - Violon Nathan Meltzer 
     Rouge - Direction Case Scaglione - Violon Nathan Meltzer 
     Rouge - Direction Case Scaglione - Violon Nathan Meltzer 
     Rouge - Direction Case Scaglione - Violon Nathan Meltzer 
    0:0 / 15:9