Saison 11.12

I have a dream

  • Bernstein
    • Candide, ouverture
    • On the Waterfront
    • West Side Story - Danses symphoniques
  • Schwantner
    • New Morning for the World : A Daybreak of Freedom
  • Direction Yoel Levi
  • Récitant Abd Al Malik

I have a dream

Abd Al Malik s’approprie le rêve américain de Martin Luther King

Lorsque le pasteur afro-américain Martin Luther King est assassiné (à Memphis, en 1968), le choc est immense. Car ce n’est pas seulement le défenseur des Noirs qui disparaît : c’est surtout le rêve d’une société meilleure qui semble désormais inaccessible – une société où le partage, le respect et la liberté de chacun auraient trouvé leur place. « I have a dream » est resté son plus célèbre discours : il y défend une démarche non violente pour atteindre un monde meilleur. Utopie ? Certainement. Mais ce rêve n’a cessé de fasciner les musiciens, épris eux aussi de tolérance et de pacifisme.
Leonard Bernstein en est un parfait exemple : sa comédie musicale West Side Story raconte une histoire d’amour aussi belle qu’impossible, à la manière d’un Roméo et Juliette d’aujourd’hui, entre Tony (membre du clan des Jets, les Américains d’origine polonaise) et Maria (soeur du chef des Sharks, le clan adverse composé d’immigrés portoricains). Même si la fin de cette story est tragique, Bernstein insiste surtout sur la possibilité que chaque clan aurait de vivre en bonne harmonie avec l’autre.
La musique de Bernstein composée pour le film On the Waterfront (Sur les quais, 1954) d’Elia Kazan soutient un propos encore plus social : une lutte meurtrière s’engage entre les syndicats du port de New York et la mafia locale… Là encore, la paix est possible, mais les intérêts de chacun éloignent ce rêve, toujours plus. En 1982, Joseph Schwantner rend un nouvel hommage à Martin Luther King dans une œuvre incroyable reprenant les discours du pasteur, dont le célèbre I Have a dream, cette fois-ci accompagné d’une musique intense, dramatique et colorée. Le fameux « rêve américain » semble là, toujours près d’être atteint…

Leonard Bernstein, Candide, ouverture



Joseph Schwantner, New morning for the world



Leonard Bernstein, On the waterfront



Leonard Bernstein, West side story





Joseph Schwantner
New Morning for the world « Day Break of freedom »

Traduction française

«Il arrive un moment où les peuples n’en peuvent plus de la ségrégation et de l’humiliation, n’en peuvent plus de se faire malmener par la force brute de l’oppression.

Nous allons organiser une marche, non violente et pacifique, afin de dire à la nation et au monde que maintenant nous en avons assez. Nous avons vécu l’esclavage et la ségrégation pendant 345 ans. Nous avons longtemps attendu notre liberté.

Avant même que les pèlerins n’aient mis pied à terre à Plymouth, nous étions ici. Avant même que la plume de Jefferson n’ait gravé, sur les pages de l’Histoire, les mots majestueux de la Déclaration d’Indépendance, nous étions là. Pendant plus de deux siècles, nos aïeux ont travaillé dans ce pays sans salaire, et ont construit les maisons de leurs maîtres dans une injustice brutale et une humiliation honteuse. Et pourtant, par leur vitalité inépuisable, ils ont continué à prospérer et à se développer. Si les indicibles cruautés de l’esclavage n’ont pas pu nous arrêter, l’opposition à laquelle nous sommes aujourd’hui confronté échouera sûrement. Nous allons gagner notre liberté parce que l’héritage sacré de notre nation et la volonté éternelle de Dieu seront incarnés dans le résonnement de nos demandes.

Est arrivé le temps de réaliser les promesses de la démocratie. Est arrivé le temps de quitter la vallée sombre et désolée de la ségrégation pour le sentier ensoleillé de la justice raciale. Est arrivé le temps de tirer notre nation des sables mouvants de l’injustice raciale pour la hisser sur le roc solide de la fraternité. Est arrivé le temps de faire de la justice une réalité pour tous les enfants de Dieu. Nous ne pouvons pas marcher seuls. Dans cette marche, nous devons faire la promesse que nous irons toujours de l’avant. Nous ne pouvons plus faire marche arrière. Non, non, nous ne sommes pas satisfaits et nous ne le serons jamais tant que la justice ne coulera pas de source, tant que notre bon droit ne jaillira pas tel un torrent intarissable. Nous voilà en marche – ni nos églises brûlées, ni les violences sur nos pasteurs ni leurs meurtres ne nous arrêteront. Nous voilà en marche, - Mon peuple, mon peuple, écoute moi ! La bataille est entre nos mains – Je sais que vous vous demandez aujourd’hui : « Combien de temps faudra t-il encore ? » Je viens vous le dire : pour difficile que soit le moment, pour décevante que soit l’heure, ce ne sera pas long, car la vérité, si elle est abattue, se relèvera toujours. Combien de temps ? Pas longtemps, parce qu’aucun mensonge ne peut durer éternellement. Combien de temps ? Pas longtemps, parce que l’univers moral a le bras long mais tendu vers la justice.

Quand les livres d’histoire seront écrits dans les générations futures, les historiens s’arrêteront et diront : « Là vivait un grand peuple – un peuple noir – qui a injecté un sens nouveau et une dignité nouvelle dans les veines de la civilisation ». C’est notre défi et notre responsabilité.

Je fais un rêve.

C’est un rêve d’égalité des chances, de privilège et de propriété largement distribués ; un rêve d’une terre où les hommes ne prélèveront pas sur les besoins des masses pour nourrir les privilèges de quelques uns ; un rêve d’une terre où les hommes ne prétendront pas que la couleur de la peau détermine le caractère d’un homme ; un rêve d’un lieu où tous nos talents, toutes nos ressources ne sont pas seulement à nous mais sont des instruments au service du reste de l’humanité ; le rêve d’un pays où chacun respectera la dignité et la valeur de tous les êtres humains et où les hommes oseront vivre ensemble en frères.

Quand ce rêve se réalisera, nous émergerons de la nuit sinistre et désolée de l’inhumanité des hommes vers l’aurore vive et lumineuse de la liberté et de la justice.»

    Bienvenue sur notre nouveau site internet ! Des bugs peuvent encore survenir, n'hésitez pas à nous les faire remarquer.

    Nous souhaitons utiliser des cookies pour nos statistiques et lire les vidéos du site.

    En cochant ces cases, vous acceptez l'usage de cookies associé :

     Rouge - Direction Case Scaglione - Violon Nathan Meltzer 
     Rouge - Direction Case Scaglione - Violon Nathan Meltzer 
     Rouge - Direction Case Scaglione - Violon Nathan Meltzer 
     Rouge - Direction Case Scaglione - Violon Nathan Meltzer 
     Rouge - Direction Case Scaglione - Violon Nathan Meltzer 
    0:0 / 15:9