Saison 12.13

Minuit à Vienne

  • Rossini
    • Cenerentola, ouverture
  • Mozart
    • Concerto pour clarinette en la majeur K622
  • Beethoven
    • Symphonie n°2 en ré majeur op.36
  • Direction Ainars Rubikis
  • Clarinette Raphaël Sévère

Minuit à Vienne

Pauvre Cendrillon, enfermée en sa demeure alors que ses deux soeurs vont au bal…
Mais Rossini, grâce à son orchestre étincelant, la place finalement sous les feux de la rampe et ses mélodies éclatantes la transforment en princesse. Aucune musique n’a su mieux que la sienne peindre la noirceur pour la balayer ensuite de scintillement, de brillant et de fête !

La clarinette de Mozart oscille également entre ces deux mondes opposés. D’abord le sublime mouvement central de son Concerto en la majeur est la plus belle page écrite pour cet instrument, car la sobriété de la clarinette, la pureté de son chant, nous fait pénétrer au plus profond de l’âme du compositeur, dans ses détours les plus sombres ; puis les mouvements extrêmes, plus solaires, dansent avec insouciance.

Chez Beethoven, le passage du clair à l’obscur prend un tour plus grandiose : les masses de l’orchestre et les thèmes véhéments sont là pour nous rappeler que c’est le contraste qui compte désormais dans l’univers romantique.

    Bienvenue sur notre nouveau site internet ! Des bugs peuvent encore survenir, n'hésitez pas à nous les faire remarquer.

    Nous souhaitons utiliser des cookies pour nos statistiques et lire les vidéos du site.

    En cochant ces cases, vous acceptez l'usage de cookies associé :

     Rouge - Direction Case Scaglione - Violon Nathan Meltzer 
     Rouge - Direction Case Scaglione - Violon Nathan Meltzer 
     Rouge - Direction Case Scaglione - Violon Nathan Meltzer 
     Rouge - Direction Case Scaglione - Violon Nathan Meltzer 
     Rouge - Direction Case Scaglione - Violon Nathan Meltzer 
    0:0 / 15:9