Saison o7|o8

Maestria

  • Rossini
    • Le Barbier de Séville
  • Paganini
    • Concerto pour violon n° 1 en ré majeur op. 6
  • Dvorák
    • Symphonie no 5 en fa majeur op. 76
  • Direction Enrique Mazzola
  • Violon Alexandra Soumm

Maestria

IPAST2]Concert en partenariat avec les cinémas [UGC et le journal Télérama

C’est d’une main de maître que Rossini, le premier, a fait sonner son orchestre comme un seul homme. Ses ouvertures sont bâties comme de gigantesques vagues de musique où les assauts de virtuosité des instruments solistes culminent dans une euphorie générale avant de faire crépiter la salle d’applaudissements.
Les mêmes applaudissements sont censés accueillir avec chaleur les figures de bravoure de Paganini, le violoniste au physique diabolique qui avait fasciné le public de son temps par des effets que l’on croyait surnaturels. Aujourd’hui, si le Diable n’est plus de la partie, il reste cependant cette virtuosité impressionnante, faite de poésie et de danger. Dvorák, lui, ne cherche pas à briller de l’extérieur : son lyrisme moelleux doit beaucoup à une science immense de l’orchestration qui fait chanter chaque instrument de l’orchestre. Car nul autre, dans cette Europe centrale où les nations s’éveillaient, n’avait su à tel point faire sentir que les racines de la musique étaient porteuses d’avenir.

    Bienvenue sur notre nouveau site internet ! Des bugs peuvent encore survenir, n'hésitez pas à nous les faire remarquer.

    Nous souhaitons utiliser des cookies pour nos statistiques et lire les vidéos du site.

    En cochant ces cases, vous acceptez l'usage de cookies associé :

     Rouge - Direction Case Scaglione - Violon Nathan Meltzer 
     Rouge - Direction Case Scaglione - Violon Nathan Meltzer 
     Rouge - Direction Case Scaglione - Violon Nathan Meltzer 
     Rouge - Direction Case Scaglione - Violon Nathan Meltzer 
     Rouge - Direction Case Scaglione - Violon Nathan Meltzer 
    0:0 / 15:9