< Saison 16.17 en Île-de-France

Festival de la Chaise-Dieu

Festival de la Chaise-Dieu

 
Georges Hugon Fanfare 
César Franck Variations symphoniques pour piano et orchestre 
Franz Liszt Totentanz (Danse Macabre) pour piano et orchestre 
Franz Schubert Symphonie n°8 en si mineur «Inachevée»

Direction Enrique MazzolaPiano Pascal Amoyel

Où et quand voir

Festival de la Chaise-Dieu

L’artiste romantique s’est souvent incarné dans le piano virtuose, sorte de héros instrumental faisant face aux éléments, symbolisés par l’orchestre dans son entier.
Dans ce dialogue entre le solo et le groupe, la musique prend des allures de combat. Combat entre l’homme et la colère divine dans la Danse macabre (Totentanz) de Liszt (1849), une paraphrase sur le Dies Irae médiéval inspirée par des gravures sur bois de Holbein. Combat entre l’artiste et sa propre histoire, puisque les Variations symphoniques de Franck (1885) s’inspirent du Quatrième Concerto pour piano de Beethoven, pour en livrer une version hyper-romantisée.
 
Combat entre le fini et l’infini, puisque la Huitième Symphonie de Schubert (1822) est restée volontairement inachevée, comme pour légitimer une esthétique de la suspension. Ou combat entre la Terre et le Ciel comme l’incarne la Fanfare d’ouverture d’Hugon (1967) qui s’intitule « Ex tellure coeli gloria oritur », c’est-à-dire « La Gloire des Cieux naît de la terre »…