Les actualités

Île de créations 2019

L'œuvre lauréate Île de créations 2019 est Ripped Tapestry de Joel Jarventausta.
 
Le coup de cœur du public a été attribué à Eôn, l'Homme dans le temps de Moritz Reich.
 
CREATION MONDIALE sur FRANCE MUSIQUE
 
Du lundi 11 au vendredi 15 mars 2019, Anne Montaron reçoit Joel Järventausta, lauréat du concours Île de créations 2019 avec son œuvre «Ripped Tapestry».
Sa pièce a été enregistrée lors de la Finale au Centre des Bords de Marne (Le Perreux-sur-Marne) avec l'Orchestre national d'Île-de-France dirigé par Jean Deroyer.
 
L'émission en cinq épisodes, diffusée tous les jours à 13h55 et minuit, a été réalisée avec la collaboration de Léa Godillot, Loïcia Ribeiro et Hugo Rosselot, élèves de seconde du Lycée Paul Doumer du Perreux-sur-Marne.
 
L'intégrale a été diffusée samedi 16 mars 2019 à 23h30 et est disponible à la réécoute.
 
Un reportage sur le sujet a été écrit par Élisa et Audrey, élèves de première au Lycée Paul Doumer du Perreux-sur-Marne.
 
Îdc2019 FINALE
 
PROGRAMME

JOEL JARVENTAUSTA Ripped Tapestry
MORITZ REICH Eôn, l’Homme dans le temps
NATHANAËL GUBLER L’Homme désarmé : Vague memories, Verwischung
 
Délibération du jury et vote du public pour son œuvre « coup de cœur »
 
INTERMÈDE MUSICAL
. Ensemble vocal Sequenza 9.3 - Catherine Simonpietri, direction
Hélène Richer et Cécile Coulomb (sopranos), Marie-George Monet (alto)
. Orchestre national d’Île-de-France
Solistes : Robin Paillette (cor), Justine Chetail et Virginie Dupont (violons), Guillaume Leroy (alto), Raphaël Unger (violoncelle)
. Pôle sup’93 Augustin d’Oliveira (violoncelle)
 
DAÏ FUJIKURA
Ki i te pour soprano solo
Eternel Escape pour violoncelle solo
Away we Play pour trois voix de femmes
Yurayura pour cor et quatuor à cordes
Narwal echo pour trois voix de femmes et violoncelle
(création et co-commande de l’Orchestre national d’Île-de-France et de Sequenza 9.3)
 
PROCLAMATION
Remise du prix « Île de créations 2019 » et du « coup de cœur du public 2019 ».
Concert enregistré par France Musique pour une diffusion mercredi 1er mai à 20 h30 dans « Concert du soir » par Arnaud Merlin. Diffusion de l’œuvre lauréate dans l’émission « Création mondiale » par Anne Montaron.
Programme musical en collaboration avec Sequenza 9.3
 

_______
 
Les finalistes sélectionnés pour cette septième édition d’Île de créations étaient :


MORITZ REICH, Eôn, l’Homme dans le temps
29 ans, nationalité allemande, études au CRR 93 Aubervilliers, La Courneuve
 
Moritz Reich - Idc « Éôn est une divinité de la mythologie phénicienne communément associée à l'Aïon : le temps circulaire ou cyclique. C'est le temps des saisons, de la vie et de la mort, du jour et de la nuit et n’ayant ni commencement ni fin. Voilà pourquoi le dieu Éôn est tantôt représenté comme un garçon insouciant jouant au trictrac, tantôt comme un vieillard affaibli par l‘âge et qui tourne la roue du temps auprès de Zeus, se rajeunissant ainsi sans cesse. Le temps est le paramètre principal de la musique, qui elle-même s’inscrit dans une évolution temporelle et crée un temps subjectif : parfois le temps semble accélérer, parfois il parait ralentir.
C'est la perception même du temps pour l'Homme qui ne ressent pas le temps des chronomètres mais vit son temps : personnel et cyclique. C'est ce que symbolise ma pièce
 Éôn : l'Homme dans le temps. » Moritz Reich
 

NATHANAËL GUBLER, L’Homme désarmé : Vague memories, Verwischung
26 ans, nationalité suisse, études au Royal College de Londres
 
Nathanael gubler IDC « Dans ce morceau pour orchestre de chambre ou petit orchestre, j’ai choisi de mettre l’accent sur les bois et les cuivres. Au fil des cinq mouvements, l’orchestre se retrouve plusieurs fois subdivisé en sous-ensembles présentant chacun des mélodies contrastées.
Deux ombres encerclent la double tentative de se remémorer l’ancienne mélodie française
L’Homme armé. Mais jamais nous n’entendons la mélodie en entier, ce qui nous laisse nus et vulnérables.
I. Ombre I
II. Première tentative du souvenir
III. Seconde tentative du souvenir
IV. Ombre II
V. Électro
Quand j’ai écrit cette œuvre, je souhaitais conclure sur une note pensive. Mais finalement, cela ne convenait pas. Je sentais qu’il fallait donner davantage d’espace à cette étincelle de vie ; c’est pourquoi j’ai décidé de conclure ce morceau par un mouvement de dance techno. Pour moi, ce dernier mouvement symbolise l’attachement à la liberté de mouvement, sans entraves sociales ou religieuses, ni crainte de violence.

 

JOEL JARVENTAUSTA, Ripped Tapestry
23 ans, nationalité finlandaise, études au Royal College de Londres
 
Joel Jarventausta
« Ripped Tapestry (tapisserie déchirée) consiste en cinq mouvements inspirés, sur le plan structurel, harmonique et mélodique, de la célèbre chanson médiévale L’Homme armé. Le titre fait référence à une tapisserie imaginaire représentant l’homme armé ? qui serait détruite, déchirée, résultant en une version abstraite de l’original. C’est dans cet esprit qu’a été composée cette œuvre. Ripped Tapestry est un morceau frère de Stonewall (2017) qui fait également référence à un plain-chant médiéval, mais cette fois finlandais, et non français.
 

 

Finale publique, jeudi 21 février 2019 à 20h30 au Centre des Bords de Marne